Histoire

Ce club largement trentenaire et riche d’une culture diversifiée en hommes et en femmes ne peut laisser indifférent chaque joueur ou dirigeant qui s’y est licencié. Fier de son étiquette » club familial » l’Eglantine Handball a vécu des années sportives et des aventures humaines dignes d’une des plus grandes sagas télévisées, je m’en vais vous la conter…

L’histoire débute en 1970 et se nomme « la maison des jeunes », organisation créée à l’initiative d’un groupe passionné et désireux d’ouvrir l’association vers ce sport universitaire, Roland BERNARD, Michel LALANNE… dirigeront ce club et évolueront dans un premier temps au niveau départemental puis régional tant en masculin qu’en féminin. La pratique du Handball s’exerçant plus facilement dans une salle, les villes non équipées de gymnase ne peuvent évoluer et progresser de la même façon que les grandes villes universitaires. Le Hand départemental et la maison des jeunes puis l’Eglantine Handball n’évolueront qu’au bénéfice des infrastructures réalisées par le Conseil Général (COSEC) pour faire travailler et former ces jeunes afin de se mêler aux championnats régionaux dominés par l’Indre-et-Loire, le Loiret et l’Eure-et-Loire.

Et voilà 1986, année d’un projet fou mais tellement ancrée dans la tête d’une bande de copains et de copines prêts à soulever des montagnes enfin « plutôt des cartons » pour se construire un petit chez soi. Je pense que vous avez droit à quelques explications ! Les couples se formant comme des petits pains à l’intérieur du club, il fallait une solution pour loger tout ce beau monde, un dirigeant et entrepreneur du club eurent une idée, des moyens, un terrain mais peu d’argent.

Il fallait donc trouver de l’argent : après étude de la bourse, nous observions que le cours du carton était à la hausse et décidions de récupérer et de stocker nos tonnes de cartons dans les usines de porcelaines désaffectées. L’Eglantine Handball devint alors une véritable multinationale de l’emballage.

Nous commençâmes par vider les bennes des Hyper-marchés voir celles de la poste (annuaire, souvenirs souvenirs) pour finir par une vaste organisation, équipée d’une dizaine de camions, chargés de soulager toutes les entreprises Vierzonnaises de leurs cartons encombrants afin de réaliser en 1987 la construction de notre ouvrage.

Il fallut attendre 1983 pour obtenir notre premier titre régional (Minimes), auparavant les cadets et les juniors participaient au finales régionales sans pouvoir en décrocher le titre. Durant ces dix années, le club se structurait administrativement et sportivement dans une ambiance conviviale voire familiale.

L’Eglantine puisait sa richesse et sa motivation dans l’amitié, le respect, le plaisir et la joie d’être ensemble, les seules vraies raisons de vivre dans un monde associatif et sportif amateur. Ces valeurs cultivées par l’Eglantine et un « peu » de travail allaient enfin porter ses fruits, les titres et les bons résultats arrivaient (1984: cadets champions régionales, juniors 16ème de finale de la coupe de France, accession des équipes seniors féminines et masculines, coupe du Cher), (1985: juniors 1/4 finalistes du championnat de France, nouvelle accession des féminines).

Le travail effectué et le butin obtenu de plusieurs années vous permettent maintenant de vous retrouver entre amis et de boire un verre, sur un bar qui possède une autre histoire, et sous un toit qui en a vécu une troisième, ou chaque tuile possède l’empreinte de tout joueur et dirigeant ayant vécu pour son club et dont vous pouvez être fiers d’appartenir. Nous étions allés au bout de notre rêve, mais il restait maintenant à accomplir la deuxième partie : « La montée en National 3″ qui nous échappait depuis trop longtemps. Dans un projet commun et en redoublant de travail et de sacrifices, la récompense arrivait enfin en 1989. La boucle était bouclée, le rêve réalisé mais les ambitions grandissaient…

L’euphorie gagnait les dirigeants, les parents et les joueurs : Création d’un club des supporters, Matchs de Gala à Albert Camus opposants des équipes d’un niveau international (IVRY-SLAVIA PRAGUE ou encore ZAJECAR-Bataillon de JOINVILLE), organisation d’une semaine sportive sous le Hall des Expositions d’un niveau National voire international (Hand : Minsk champion d’Europe en titre contre Equipe de France Espoir ; Tennis : PIOLINE-FORGET ; Boxe : Championnat de France ; Foot en salle ; Basket ; Tennis de table ; Judo), Spectacles sous chapiteau (Patrick SEBASTIEN), Courses de voitures à pédales dans les rues de Vierzon…

L’Eglantine Hand-Ball était reconnue dans la Ville de Vierzon, dans la région voire au niveau National par son dynamisme et son organisation. L’opération séduction avait réussi et les portes s’ouvraient toutes grandes devant nous. Il fallait l’exploiter sportivement, ce qui fut fait par nos dirigeants :

Le fait marquant de notre club fut l’arrivée de notre gardien international Yougoslave (Dejan SESTOVIC), personnage incontournable de notre équipe alliant le savoir faire, le spectacle, l’humour et l’amour du maillot qu’il portait. Dejan sera la plus belle aventure humaine du Club. La filière Yougoslave était partie mais d’autres transferts furent des réussites humaines et sportives (OUZTIT, LEBOUT en provenance d’Anzin, TRIBILLON de Clermont etc…) Les bons résultats s’accumulaient, les accessions aussi mais notre popularité grandissante allait se payer cash. Chacun rêvait différemment, les objectifs et les concertations n’étaient plus communs, le pouvoir intéressait plus que l’amitié, nous avions grandi trop vite.

La popularité de notre club ne fit pas venir que des individus sains et animés de bonnes intentions. La descente vers l’enfer fut rapide, en deux années, le club accumulait un déficit de 400 000,000 F (61 000 euros). La descente sportive le fut aussi (annulation de la participation des -18 en Championnat de France ; Rétrogradation de l’équipe fanion en prénational ainsi que des équipes réserves etc.) Le travail de 30 années de bénévolat était anéanti, les joueurs partaient vers de nouvelles destinations ( Roanne, Massy, Issoudun, Martigues etc.), le bureau se désintégrait, il fallait tout reconstruire, seul restait comme témoin de la grande époque le local et quelques irréductibles.

Un nouveau bureau était réélu sous contrôle du président de l’Eglantine omnisports (M.MILLET) en charge d’éponger la dette du club de hand. Il fallut attendre les années 2000 pour pouvoir enfin repartir avec un bilan équilibré. Le tissu économique de la ville de Vierzon se trouvant fort dépourvu, faute d’emplois, la politique de l’Eglantine s’orientait donc vers la formation (entraîneurs, arbitres et joueurs), ce travail de fond et de longue haleine priva le club de titres et de bons résultats ce qui lui retira forcément de sa notoriété auprès des instances politiques et économiques. Ces dernières années virent éclorent de nouveaux joueurs et joueuses d’un niveau régional voir national ( 2002 championnat de national des -18 ; 2003 accession des seniors en Prénational ; 2004 titre régional des -13 masculins 2005 -15 ans féminines vice-championnes régionales…)

L’Eglantine Handball est maintenant reconnue pour sa formation et son savoir-faire, il lui reste impérativement à franchir un pas qui s’appelle » National » seul moyen de négociation avec les instances (élus, sponsors, entreprises, employeurs), la suite de l’histoire reste à écrire, la balle est dans votre camp… « Tout le monde rêve, seul ceux qui se donnent les moyens de les réaliser touchent le bonheur »